Que mange-t-on au Japon ? Cuisine traditionnelle, moderne et kawaï

Le Japon possède une forte tradition culinaire qui s’est mêlée avec les influences de cuisine de ses voisins (Corée et Chine). Je vais vous présenter quelques plats que j’ai goûtés au cours d’un voyage au Japon que j’ai fait en 2018.

Arrivée au Narita International Airport (NRT)

Après 12h de vols, nous sommes enfin arrivés au Japon. Je vous conseille d’acheter sur place une carte SIM japonaise pour avoir internet et surtout le GPS ! Nous avons pris un train, il y a soit le Skyliner, soit le Narita Express (N’EX) pour rejoindre Tokyo. Il y a également la possibilité de prendre un bus.

Nous résidions à Ueno (上 野), un quartier du quartier Taitō de Tokyo, connu pour abriter le parc Ueno. Le Musée national de Tokyo, le Musée national d’art occidental et le Musée national de la nature et des sciences sont à Ueno.

Une première chose marquante en arrivant à l’aéroport et en ville, c’est le nombre important de distributeurs de boissons à toutes les intersections avec des thés (pêche, matcha…), sodas exotiques (Fanta raisin, à la pêche japonaise), boissons énergisantes.

pêche-rose-japon
1296 yen = 11€
Un melon à 100€

En parlant de pêche “momo” 桃 il est surprenant de les voir emballée une par une, dans un écrin. Mais le plus surprenant est le prix ! Autour de 7-9€ la pêche blanche mais elles sont plus grosses que chez nous et produites localement. Là-bas, les fruits ne sont pas consommés comme des snacks mais peuvent être offerts en cadeaux. Il existe même des melons qui atteignent les 100€ pièce.

A Tokyo, vous avez vraiment le choix en terme de restaurants à manger sur place ou à emporter : grillades japonaises, sushi, ramen, … Il y a également des restaurants “occidentaux”, coréens, thaï, indien et les fast-food classiques (même si on ne va pas au Japon pour ça des fois, ça fait du bien de retrouver de la nourriture “cuisinée à l’occidentale”). C’est une bonne occasion d’apprendre à manger avec des baguettes parce qu’à part la cuillère, il y a rarement un couteau et une fourchette.

Yakiniku (焼き肉) signifie “viande grillée”

Nous sommes allés dans un resto où les grillades (bœuf et porc principalement et légumes) sont partagées et cuites au charbon de bois.

Quasiment tous les plats sont toujours accompagnés de riz.

Le Poulet Teriyaki

Le teriyaki ( 照 り 焼 き) est une technique de cuisson où les aliments sont grillés avec un glaçage de sauce soja, de mirin (un alcool) et de sucre.

Les sushis et makis

Les sushis sont cuisinés sur place et devant vous. Par contre, nous avions trouvé les prix élevés. Les sashimis sont des tranches de poisson frais et cru. Le makizushi est un bout de poisson cru et de légumes entouré de riz et d’une feuille d’algue séchée appelée neru. Le nigirizushi est une boule de riz vinaigré (shari) sur laquelle est posée un neta : une tranche de poisson cru ou cuit ou des crevettes.

Le Tempura

Le tempura 天ぷら est tout simplement un beignet croustillant de légumes ou de viande. Nous avions des tempuras au Satsumaimo, des patates douces japonaises avec une peau violette, à l’aubergine (Nasu) et à la citrouille japonaise Kabocha.

Les Nouilles Soba aromatisée au thé vert matcha

Les pâtes Soba sont faites à partir d’une farine de sarrasin d’où la couleur brune. Elles peuvent être mélangées avec de la poudre verte provenant d’algues ou de thé vert. Ici ces pâtes avaient été servies froides comme une salade avec son assaisonnement à côté.

L’edamame à l’apéro

Plusieurs fois, nous avons pu goûter de l’edamame 枝豆, une fève immature de soja. Ça a un goût de petit pois. Il suffit de presser la cosse pour faire sortir les fèves qui se mangent comme un snack.

Un exemple de grillade typique au poulet

A Tokyo et Kyoto, la plupart du temps, il était possible d’avoir un menu en anglais mais quand on s’éloigne des grandes villes par exemple en allant au Mont Fuji, il nous est arrivé d’avoir eu des menus uniquement en japonais.

Les exclusivités japonaises de marketing alimentaire

Les produits en version thé vert

Il y a énormément de produits à base de thé vert matcha. Je vous invite d’ailleurs à en acheter, ils vendent même du thé vert en instantané en poudre.

La culture du Kawaï

Kawaii signifie “mignon” かわいい en japonais. Hello Kitty ou Pikachu sont des exemples de figures kawaii. Le Kawaii se retrouve aussi dans la musique et le style vestimentaire avec la chanteuse Kyary Pamyu Pamyu. Vous pouvez retrouver facilement des pâtisseries à base de pâte de riz ou d’autres confiseries en forme d’animaux kawaii. Nous avons constaté que les Japonais en général ne lésinent pas sur les emballages plastiques. Très souvent, chaque pâtisserie était emballée individuellement.

J’ai goûté les gelées de fruits, appelées konnyaku zerî. C’est assez frais et agréable en bouche. Ces produits n’existent pas en Europe parce que les gelées de fruits sont interdites. Souvent elles sont faites à partir de Konjac E425, un agent gélifiant et épaississant. Celui-ci a été interdit en Mars 2002 à cause de risque d’étouffement pour les enfants et les personnes âgées.

La folie des Kit Kat

En France, les Kit Kat classiques sont tout simplement au chocolat. Au Japon, selon la région vous trouverez des dizaines de saveurs allant des produits de boulangerie (biscuit à la cannelle, gâteau au fromage aux fraises) aux boissons (thé vert Matcha, thé torréfié Hojicha) et fruits (Shinshu Apple, banane) et légumes (patate douce violette, piment japonais chaud).

Ce qui est marrant c’est que chaque région/ville a sa propre saveur. Mes préférés étaient les Kit Kat verts au thé vert matcha. Il n’y a que là-bas où vous débourserez entre 5 à 12€ la boite de Kit Kat si vous prenez des éditions limitées !

Pourquoi cet engouement ?
Depuis 1938, Kit Kat a toujours été associé avec l’idée de prendre une pause. Son slogan classique “Faites la pause… Kit Kat” (have a break, have a Kit Kat). Au Japon ça ne fonctionnait pas bien. L’entreprise a lancé une campagne publicitaire se basant sur l’expression japonaise “Kitto Katsu” qui signifie “Tu vas sans aucun doute réussir !”. Cette campagne encourageait les gens à envoyer un Kit Kat en cadeau pour porter chance. D’ailleurs on peut remarquer sur l’emballage qu’il y a un endroit pour écrire un prénom/nom comme cadeau.

PS : je n’ai pas de lien avec Kit Kat mais c’est une chose qu’on remarque assez vite quand on se ballade dans un magasin d’alimentation japonais. C’est aussi une bonne idée de souvenir à rapporter haha

Le Kit Kat est un produit “plaisir” à consommer de façon occasionnelle comme c’est bien sûr ultra-transformé, sucré (49%) et gras (15% de graisses saturées) – Nutri-Score E.

Le Coca-Cola transparent !

Une autre surprise en faisant les magasins, a été de tomber sur du Coca-Cola transparent appelé Coca-cola Clear. Celui-ci ne contient pas le colorant couleur caramel. Il existe une version sans calorie et transparente au citron vert Coca-Cola Lime. Ces versions n’existent que au Japon et à Taïwan.

Coca-cola clear

Pour finir cet article culinaire, je vais vous présenter quelques photos de voyages.

Voici un stand où on vend des bananes enrobées de chocolats et de sucre.

Petite vidéo pour finir le voyage

Un petit tip pour soutenir ce type de travail : https://fr.tipeee.com/quoidansmonassiette

Pour suivre les autres actualités du blog ou en apprendre plus sur les controverses alimentaires, santé et environnement :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.