Découvrez le thé bleu d’Indonésie qui change de couleur

Thé vert, thé noir, thé blanc, infusion jaune… les amateurs de thé en ont fait leur lot quotidien. Mais saviez-vous qu’il existe du thé de couleur bleue et naturelle ?! Allons donc faire un tour en Indonésie découvrir cette boisson intrigante. Faites infuser quelques pétales séchés de pois bleu dans de l’eau chaude et vous aurez cette boisson onirique bleutée. Et en plus, si vous ajoutez quelques gouttes de citron, il change de couleur : magique ! Il devient violet ! C’est le thé parfait pour épater vos amis et une bonne façon de s’hydrater.

The bleu violet pois Blue Butterfly pea teaRecette toute simple : mettre environ 7-8 fleurs de pois bleu papillon séchées dans 1 tasse d’eau bouillante (250mL). Laisser infuser de 3 à 8 min selon l’intensité de la saveur désirée. Rajouter du sucre ou une cuillère de miel. Ajouter quelques gouttes de citron, si vous voulez changer la teinte ! Enjoy 😀

Thé bien connu en Asie du Sud-Est

Ce thé bleu provient d’une infusion de pétales de pois bleu papillon ou également BlueButterfly Pea à l’anglaise. Cette fleur, Clitoria ternatea, appartient à la famille des Fabacées. Son nom vient en effet de la forme de la fleur qui ressemble à l’organe érectile. Elle est originaire de l’Ile de Ternate en Indonésie. Cette plante est surtout utilisée pour colorer des aliments ou des vêtements en Indonésie, en Thaïlande et Malaisie. Par exemple, on peut extraire ce pigment naturel et s’amuser à colorer son riz ou faire des glaçons bleutés.

Clitoria ternatea Pois Bleu Papillon Flavonoide

Riz bleu pois papillon butterfly pea
Non, la photo n’est pas truquée, le riz a été teinté en bleu avec le pois bleu.

 

Coloration chimique et naturelle

Bien entendu, il n’y a rien de magique. La couleur de bleu des pétales et du thé est due à un pigment. Un pigment est une molécule qui va absorber une partie de la lumière puis réémettre une partie du spectre de la lumière, qui sera les couleurs que l’on observera. Cette molécule colorante est l’anthocyane, qui fait partie de la famille biochimique des flavonoïdes. Ça sonne très « industrie chimique », mais au contraire, c’est un colorant naturel ! Les anthocyanes changent de couleur selon le pH, soit l’acidité de la boisson. Ces composés de la vacuole (un compartiment de la cellule végétale) peuvent varier du rouge-rosé à pH 2-3-4 acide en passant par le bleu brillant à pH 7 neutre, jusqu’au vert-jaune à pH basique*. Le bleu est dû en partie à la Ternatine A1 (un anthocyane). Le pois contient également d’autres pigments colorés comme les flavonols : le kaempférol.

Changement chimique couleur thé pois quinone cation flavylium*Allergiques à la chimie, passez votre chemin : ce changement de couleur s’explique par des modifications chimiques de l’aglycone des anthocyanes à travers des transferts de protons H+ (réactions acido-basiques) : le rouge-rose est due à la forme cation flavylium, le bleu à la forme quinone des anthocyanes et le jaune à la forme chalcone. Ces modifications chimiques expliquent également la diversité de couleurs des pétales des fleurs. Il y aussi l’influence de certains ions métalliques et co-pigments (flavone, flavonols). Ce pigment du pois bleu peut être utilisé comme colorant naturel dans l’alimentation. L’équivalent synthétique de ce colorant est le bleu brillant FCF E133. L’EFSA, Agence européenne de sécurité des aliments recommande de ne pas dépasser 200mg/L de boisson de E133. La Dose Journalière Admissible de E133 est de 6mg/kg/jour.

Un effet antioxydant

Ce pigment naturel a une activité antioxydante. Les antioxydants sont suspectés aider à diminuer le risque de cancers, de maladies cardiovasculaires (R Huxley et Al. 2003). Le stress oxydatif (des molécules réactives à l’oxygène par exemple) peut entraîner des dommages à l’ADN. Mais plus récemment ces activités bénéfiques sont débattues et remises en cause par plusieurs études épidémiologiques (Goran Bjelakovic et Al 2007 ; Myung SK, Kim Y, Ju W, et Al 2010 ; Seung-Kwon Myung et Al. 2013). Cette activité antioxydante est plus forte à pH acide (Kuntapas Kungsuwan et Al 2014).

Où en acheter ?

Pour se procurer de ces fleurs de pois bleu (à défaut d’aller en Asie du Sud-Est…) : https://bluechai.com/

https://www.etsy.com/fr/listing/174799441/100-the-bleu-bio-the-bleu-bluechai-avec

Par contre, je n’ai pas testé ces boutiques en ligne. Cela ne saurait tarder…

Si l’article t’a plu ou si tu souhaites suivre des sujets d’actualités controversés, un petit like :

Sources  :

Yoshikazu Tanaka et Al. – Biosynthesis of plant pigments: anthocyanins, betalains and carotenoids – The Plant Journal (2008) 54, 733–749 doi: 10.1111/j.1365-313X.2008.03447.x

Corazon Nikijuluw – Color Characteristic of Butterfly Pea (elitaria ternatea L.) Anthocyanin Extracts and Brilliant Blue- UNIVERSITY BOGOR (2013)

Kamkaen N, Wilkinson JM – The antioxidant activity of Clitoria Ternatea flower petal extracts and eye gel.(2009 – abstract seulement consulté) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19367668

Kuntapas Kungsuwan et Al. – Effects of pH and anthocyanin concentration on color and antioxidant activity of Clitoria ternatea extract – Food and Applied Bioscience Journal, 2014, 2 (1): 31-46

BERARDOZZI Romain ENS – Extraction des anthocyanes du chou rouge (2014) http://perso.ens-lyon.fr/romain.berardozzi/ActPrat/Anthocyanes/anthocyanes.php

Bernard Valeur Conservatoire National des Arts et Métiers – Les couleurs des végétaux http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/couleurs/loupe_couleurs_vegetaux.html

European Food Safety Authority. 2010. Scientific opinion on the reevaluation of brilliant blue FCF (E 133) as a food additive. EFSA Journal.

Seung-Kwon Myung et Al. – Efficacy of vitamin and antioxidant supplements in prevention of cardiovascular disease: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials –  BMJ 2013; 346 doi (Published 18 January 2013) – http://www.bmj.com/content/346/bmj.f10

 Myung SK, Kim Y, Ju W, et Al. – Effects of antioxidant supplements on cancer prevention: meta-analysis of randomized controlled trials –  Choi HJ, Bae WK. – Ann Oncol. – Janvier 2010 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19622597 8(11): 1853.

R R Huxley and H A W Nei – The relation between dietary flavonol intake and coronary heart disease mortality: a meta-analysis of prospective cohort studies – European Journal of Clinical Nutrition (2003) 57, 904–908. doi:10.1038/sj.ejcn.1601624


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.