La majorité des best-sellers en nutrition sur Google Livre contiennent des informations erronées et sans fondement scientifique

Les choix alimentaires représentent un dilemme quotidien et concernent tout le monde. Les sources d’information sur l’alimentation et les interlocuteurs sont multiples. La qualité de l’information l’est également : des recommandations basées sur des expertises collectives scientifiques, d’un diététicien ou d’un médecin nutritionniste à celle de « coach en nutrition », des blogs ou de la télévision, il y a un gouffre dans le niveau de preuve scientifique.

Qu’est-ce que la nutrition humaine ?

C’est un champ assez large qui va d’une approche individuelle avec les diététiciens ou les médecins nutritionnistes à l’échelle populationnelle avec les recommandations de santé publique France émanant de la recherche en nutrition/épidémiologie nutritionnelle. C’est également une discipline récente à la croisée de d’autres domaines : biochimie, métabolisme, épidémiologie, recherche clinique, diététique…

L’Organisation Mondiale de la Santé écrit “la nutrition c’est l’apport alimentaire répondant aux besoins de l’organisme. Une bonne nutrition – c’est-à-dire un régime adapté et équilibré – et la pratique régulière d’exercice physique sont autant de gages de bonne santé. Une mauvaise nutrition peut entraîner un affaiblissement de l’immunité, une sensibilité accrue aux maladies, un retard de développement physique et mental et une baisse de productivité.”

Les acteurs du domaine de la nutrition

Le diététicien est un professionnel de santé défini dans le Code de la Santé Publique comme “toute personne qui, habituellement, dispense des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participe à l’éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l’alimentation, par l’établissement d’un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée” (BTS diététique ou DUT génie biologique option diététique). Il est intéressant de noter qu’au Royaume-Uni, le titre de diététicien est également protégé.

Le médecin nutritionniste a une formation médicale de 9 ans minimum avec souvent des master 2 en plus en nutrition ou DES de nutrition. Celui-ci va traiter les maladies liées à la nutrition : anorexie, obésité, diabète, troubles cardiovasculaires…

Il existe également des diplômes universitaires : des master et doctorats en nutrition. Le chercheur en nutrition humaine est un scientifique se consacrant à la recherche fondamentale ou appliquée dans le domaine de la nutrition propre aux humains. Ensuite, il reste tout le reste des auteurs qui n’ont souvent aucune formation en santé, nutrition ou scientifique.

Étude des ouvrages de nutrition sur Google Livre

Des chercheurs (Marton 2020) se sont intéressés aux best-sellers sur les conseils nutritionnels sur Google Livres entre 2008 et 2015. 100 livres ont été identifiés après avoir exclus ceux qui traitaient de grossesse, beauté, mode ou sport. Ces 100 livres en nutrition ont enregistré des ventes allant de 23 228 à 730 901 (médiane à 55 735 livres vendus). 83 auteurs ont été identifiés.

Une vraie cacophonie sur les recommandations dans ces livres

Exemple de rayon à la Fnac qui vous évoque des aspects thérapeutiques pour les aliments

80 des résumés de livre mentionnent la perte ou la gestion du poids.

13 livres affirmaient qu’ils pouvaient « augmenter les niveaux d’énergie » (n=13) et la durée de vie (n=7). Il y avait très peu de cohérence dans les recommandations alimentaires de ces 100 livres. Étant donné que le niveau de connaissance, la profession des auteurs sont hétérogènes, cela ne me surprend pas.

6 livres conseillaient un régime faible ou nul en glucides, 6 autres un régime sans gluten ni céréales, 4 autre livre conseillaient la consommation de céréales et de pain et un autre un régime riche en glucide.

Il y avait également de divergences sur les stratégies de régimes amaigrissants, de consommation de produits laitiers, de protéines… bref une cacophonie.

Quelques perles de mésinformation

Voici quelques citations qui n’ont aucun fondement scientifique :

  1. «Les glucides détruisent votre cerveau» – Grain Brain
  2. «Vous avez une pression artérielle élevée? Le thé à l’hibiscus fonctionne mieux qu’un médicament contre l’hypertension de premier plan et sans les effets secondaires. Lutter contre les maladies du foie? Boire du café peut réduire l’inflammation du foie. Lutter contre le cancer du sein? La consommation de soja est associée à une survie prolongée. »- Comment ne pas mourir
  3. «Le régime Zero Belly attaque les graisses à un niveau génétique, plaçant un œil de bœuf sur les cellules graisseuses qui comptent le plus : la graisse viscérale, le type de graisse enfermée dans votre ventre.» – Zero Belly Diet
  4. «Manger des pâtes, du pain, des pommes de terre et des pizzas vous rendra plus heureux, en meilleure santé et plus mince pour de bon» – The Carb Lovers Diet
  5. Les «améliorations» modernes de notre approvisionnement alimentaire, y compris la réfrigération, l’assainissement et les céréales modifiées, ont endommagé notre santé intestinale. Le Dr Axe propose des moyens simples d’obtenir ces microbes nécessaires en incorporant du miel local et du pollen d’abeille à votre alimentation, en renonçant aux désinfectants pour les mains et même en ingérant un peu de terre riche en probiotiques »—Eat Dirt
  6. «Trop manger ne fait pas grossir, le processus de grossissement vous fait trop manger. »- Toujours faim?
  7. «Avez-vous le sentiment général de ne pas vous sentir mieux, mais cela dure depuis si longtemps que cela vous semble normal ? Vous pouvez avoir une maladie auto-immune, et ce livre est le «médicament» dont vous avez besoin. » – Le plan de récupération du système immunitaire
  8. «Jeter des glaçons dans votre eau pour la rendre plus« structurée ». Sauter le petit déjeuner, car cela pourrait vous faire grossir. Manger jusqu’à 75 pour cent de vos calories chaque jour en matières grasses pour une santé optimale, la réduction des maladies cardiaques et la prévention du cancer » – Guérison sans effort

Peu d’experts en nutrition

La moitié des auteurs n’avaient pas de diplômes universitaires supérieurs. 33,7% étaient médecins, 9,6% avaient un master et 6% un doctorat. Il n’est pas précisé si c’était un diplôme scientifique et lié à l’alimentation, la santé publique ou la diététique.

Le titre de nutritionniste n’est pas reconnu en France. Il n’a pas de valeur ni de validation à la différence du titre de diététicien ou de médecin ou de docteur en science. Plus d’un tiers des auteurs n’ont pas de lien avec une profession scientifique liée à la nutrition : 6% sont éditeurs, 6% entrepreneur, 7.2% coach personnel, 4.8% blogueur, 3.6% journaliste, 2.4% du monde de la télévision et 2.4% psychologue. Et 13,3% sont classés dans autre (que diététicien, médecin et ces catégories).

Seulement 20 auteurs ont mentionné une affiliation à une université mais seulement 7 ont pu être validés sur le site internet de leur université ! Cependant, ce n’est pas forcément toujours un gage de caution : un des auteurs (Aggarwal) a eu 28 articles rétractés !! C’est énorme !

Le manque de cours de nutrition dans les cursus de médecine ?

Les facteurs alimentaires sont un des principaux facteurs de risque de décès d’après la dernière étude The Lancet Global burden of disease 2019. Ils sont attribuables à 11 millions de morts dans le monde.

Récemment deux commentaires dans le journal biomédical JAMA et The Lancet Planetary Health soulignaient le manque de cours de nutrition dans la formation des médecins aux Etats-Unis et d’autres régions du monde. Les étudiants de médecine sont intéressés par la nutrition mais déplorent cette lacune de connaissances due au manque de formation. En France, un ancien rapport de 2009 sur la nutrition dans le cursus médecine en France soulignait que :

Dans le 1er cycle, il n’y a pas de discipline individualisée appelée “nutrition”. Les notions de nutrition sont incorporées dans le cours de biochimie sur les macromolécules et sur le métabolisme

Le rapport de 2009 évoquait moins de 25h de cours dans le 2nd cycle de médecine sur la nutrition. En comparaison, dans mon année de spécialisation à AgroParisTech, école d’ingénieur, en une année, j’ai eu plus de 240 heures de cours de nutrition.

Toujours vérifier l’auteur d’affirmations en nutrition

Un conseil que je peux vous donner pour essayer de s’en sortir dans tout ça, c’est de vérifier l’auteur :

  • est-il médecin, diététicien ou a-t-il eu un diplôme valide universitaire de nutrition ?
  • est-il reconnu par ses pairs ou controversé ?
  • est-il expert en diététique, clinique ou santé publique ?
  • a-t-il un potentiel conflit d’intérêts ?
  • est-ce que ses informations sont étayées par des sources valides (publications scientifiques, rapports d’expertise d’institutions…) ou est-ce plus une opinion personnelle ?
  • est-ce que ses recommandations relèvent de quelque chose de simple, facile, miraculeux ? En général, il faut se méfier des régimes “faciles” et des super-aliments

Dans cette analyse sur les best-sellers, les chercheurs soulignent les conflits d’intérêts de certains auteurs ainsi que les poursuites judiciaires contre certains pour des pratiques médicales douteuses. Un auteur a perdu sa capacité de pratiquer la médecine et a fait l’objet d’une enquête par le procureur du district de New York pour avoir encouragé des pratiques de santé douteuses (procureur général de l’État de New York Health Care Bureau, 2014 ; Penketh, 2014), un a reçu plusieurs lettres d’avertissement du United States Food and Drug Administration (Walker, 2005 ; MacIntire, 2006) et l’un d’entre eux a été reconnu coupable d’avoir dénaturé le contenu de ses livres parmi d’autres délits et a été emprisonné (Department of Justice, 2013).

En conclusion, la plupart des livres sur la nutrition présente des informations très hétérogènes. La majorité contient des informations erronées et des affirmations sans fondement scientifique. Très peu de livres se sont basés sur les résultats d’essais randomisés ou de méta-analyses.

Les auteurs concluent que « la chute des sciences de la nutrition et ses fausses déclarations aggravées sont également particulièrement dangereuses pour la réputation de la science dans son ensemble. » Une limite de cette analyse est que l’étude ne portait que sur les résumés, titres et auteurs des livres et pas l’ensemble du contenu du livre en lui-même. Néanmoins, la plupart du temps, l’acheteur d’un livre ne lit que le résumé et le feuillette.

ensemble. »

Une limite de cette analyse est que l’étude ne portait que sur les résumés, titres et auteurs des livres et pas l’ensemble du contenu du livre en lui-même. Néanmoins, la plupart du temps, l’acheteur d’un livre ne lira que le résumé.

Un petit tip pour la pérennité du blog sur Tipeee ou UTip (pas besoin de compte – cliquer sur l’icône)

Pour suivre les autres actualités du blog ou en apprendre plus sur les controverses alimentaires, santé et environnement :

 

 

Sources :

Marton et al. Science, advocacy, and quackery in nutritional books: an analysis of conflicting advice and purported claims of nutritional best-sellers. Palgrave Communications volume 6, Article number: 43 (2020) https://www.nature.com/articles/s41599-020-0415-6

A global deficiency of nutrition education in physician training: the low hanging fruit in medicine remains on the vine https://www.thelancet.com/journals/lanplh/article/PIIS2542-5196(19)30173-1/fulltext

https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2678442?fbclid=IwAR0240y2nn4TDTHZ5iuKu_xUJCNW4ree0V6mobezK6HKKZxwoZ_L0I50PS4

Pr Ambroise MARTIN. MISSION LA FORMATION A LA NUTRITION DES PROFESSIONNELS https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_A_Martin_formation_nutrition.pdf?fbclid=IwAR1IZn-YjC0NleAUKk9-W6l8QAKch_rRN-DesohzyN4-Keamuwf17nOpfzo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.