Climat : Le dipôle de l’océan Indien (IOD) accentue la sécheresse et les chaleurs en Australie

L’Australie fait face à d’importants incendies et sécheresses actuellement comme on peut le voir sur cette carte ci-dessous :

Carte du 4 janvier 2020

Ces incendies sont visibles par satellite, on voit bien les panaches de fumées. L’Indice Aérosol indique la présence de particules absorbant les ultraviolets (UV) dans l’air (aérosols) telles que la poussière du désert ou les particules de suie dans l’atmosphère. La couche d’index des aérosols est utile pour identifier et suivre le transport à longue distance les fumées des incendies de forêt ou des événements de combustion de la biomasse.

Le climat australien et le dipôle de l’océan Indien

Le climat australien est modulé par des oscillations de température de surface de la mer qui influent sur les courants marins et les précipitations. Ces oscillations australes constituent le dipôle de l’océan Indien (IOD). Celui-ci est en phase positive provoquant des épisodes chauds et secs en Australie et des pluies diluviennes en Afrique de l’Est.

Source : UN

En Novembre dernier, le Kenya avait connu d’importantes inondations affectant 100 000 personnes. En Ethiopie, 200 000 personnes ont dû être déplacées d’après le  Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

Décès et nombre de personnes affectées par les inondations de Novembre 2019

Circulation océanique, vents et climats

 La circulation océanique a un impact important sur le climat en absorbant et redistribuant l’énergie solaire. Ces courants marins sont engendrés en surface par les vents et en profondeur par des différences de densité de l’eau. L’interface entre les courants superficiels et profonds est appelé la thermocline.

Cette circulation océanique varie régulièrement sous le nom de dipôle de l’océan Indien. Ce phénomène fait partie de l’oscillation australe, les oscillations de pressions atmosphériques dans l’océan Pacifique. Il existe 3 phases :

  • la phase neutre : l’air s’élève du côté de l’océan indien (gardant celui-ci chaud) avec des vents soufflant vers l’ouest le long de l’Équateur. Les précipitations tombent en Indonésie
  • la phase positive : les vents vers l’Ouest faiblissent le long de l’équateur (voire des vents vers l’Est se forment), l’eau de l’océan Indien (à l’Est) devient plus froide que les eaux de surface à l’Ouest du côté de l’Afrique. L’air froid descend et moins de nuages se forment en Australie/Indonésie. Des phénomènes d’upwelling (les eaux profondes remontent à la surface) se produisent en Australie. Cela provoque une baisse de l’humidité au Nord-Ouest de l’Australie et des températures élevées en hiver et au printemps
  • la phase négative : les vents vers l’Ouest s’intensifient le long de l’équateur ce qui concentre les eaux chaudes près de l’Australie, les nuages partent également vers l’Est, ce qui provoque des précipitations plus importantes en Australie.

Le dipôle avait atteint un pic à +2,15°C en Novembre par rapport à la normale. Cette phase positive du dipôle de l’océan indien et une oscillation Antarctique en phase négative (anomalie de pression élevée en Antarctique) favorisent des vents secs et chauds vers l’Australie et peu de précipitations.

D’après une publication dans Nature Geoscience, le changement climatique pourrait augmenter les amplitudes d’événements extrêmes en Australie. Plusieurs modèles de simulation climatique estiment que les vents pourraient faiblir (affaiblissement de la circulation de Walker) et que les phases négatives du dipôle de l’océan indien pourraient être moins fréquentes.

Les variations du dipôle de l’océan indien sont similaires aux changements induits par El Nino, un courant marin qui apporte un climat plus sec en Australie et de fortes précipitations en Amérique latine.

Pour suivre les autres actualités du blog ou en apprendre plus sur les controverses alimentaires, santé et environnement :

Sources :

Cai, W., Zheng, X., Weller, E. et al. Projected response of the Indian Ocean Dipole to greenhouse warming. Nature Geosci 6, 999–1007 (2013) doi:10.1038/ngeo2009

https://www.nature.com/articles/ngeo2009

Bureau of meteology. Australian government. http://www.bom.gov.au/climate/enso/index.shtml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Secured By miniOrange