Virus du Zika : faut-il maintenir les Jeux Olympiques au Brésil ?

152 experts scientifiques ont signé une lettre ouverte à l’OMS pour demander à décaler ou déplacer les Jeux Olympiques, à cause des risques liés à l’épidémie du virus Zika. Le Brésil fait partie des 62 pays qui sont touchés par le virus Zika, transmis par le moustique. Souvent bénigne, elle peut présenter des complications neurologiques pour les nouveaux nés entre autres. Réponse de l’OMS : le maintien des JO (à la fin de l’article une infographie résumant les principales informations sur le virus Zika).

jeux olympiques relais flamme Bresil Rio de janeiroLes jeux olympiques et paralympiques se dérouleront à Rio du 5 août au 18 Septembre 2016. Depuis Mai 2015, le virus du Zika sévit au Brésil. Face à cette menace, de nombreux scientifiques alertent des dangers potentiels liés à l’organisation de cet événement mondial. Cette lettre demande de repousser les Jeux Olympiques dans le temps ou changer la localisation. En 2003, la FIFA avait par exemple déplacé la coupe du monde de football féminin de la Chine aux Etats-Unis à cause de l’épidémie du SARS (maladie respiratoire). Ils dénoncent un risque inutile d’exposition au virus Zika, encouru par les 500 000 touristes étrangers, qui permettrait de répandre ce virus dans d’autres pays en particulier dans des pays en voie de développement comme le sud de l’Asie ou l’Afrique. Les signataires sont principalement des américains, des canadiens, desjaponais et des brésiliens.

L’OMS en faveur de la poursuite des Jeux Olympiques au Brésil

L’OMS a répondu aujourd’hui par un communiqué de presse. L’organisation de santé estime qu’annuler ou reporter les jeux olympiques ne va pas avoir d’influence sur la progression de l’épidémie. Les gens vont continuer de voyager que les Jeux Olympiques aient lieu ou non. Le seul moyen d’enrayer ce virus est de respecter les consignes sanitaires de voyage données par l’OMS :

  • suivre et s’informer des conseils de voyage donnés par les autorités sanitaires de son pays.
  • consulter un professionnel de santé avant de voyager
  • se protéger contre les piqûres de moustiques
  • se protéger lors des rapports sexuels ou s’abstenir pendant le séjour
  • éviter de visiter des zones avec des mauvaises conditions sanitaires
  • prendre des hébergements climatisés pour ne pas ouvrir les fenêtres et faire rentrer les moustiques

caricature Jeux olympiques RIo Janeiro Bresil Virus ZikaLe Brésil a actuellement le 4ème taux le plus élevé d’incidence de ce virus (nombre de nouveaux malades). Le ministre de la Santé brézilien Ricardo Barros va mettre en place 2 500 personnels de santé dans les hôpitaux et les centres de premiers secours, ainsi que 3 500 agents pour appliquer les mesures de prévention. En France, l’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) a recensé 385 cas de personnes infectées entre le 1er janvier et le 26 Mai 2016.

L’épidémie actuelle est en Amérique Latine principalement, mais récemment, l’Institut Pasteur de Dakar a confirmé la présence du virus au Cap Vert et donc le virus pourrait être en train d’arriver en Afrique. En décembre de 2015, de nouveaux cas ont été confirmés en Guyane, Martinique, Guadeloupe et Saint-Martin.

carte monde virus zika incidence repartition distribution world map

Que sait-on du virus Zika ?

Zika est un arbovirus du genre flavivirus, transmis par la piqûre d’un moustique. Le virus a été découvert en 1957 chez un primate au Ouganda.

moustique aedes aegypti zika virus mosquitoLe principal vecteur du virus Zika est le moustique Aedes aegypti infecté (peut nous transmettre le chikungunya ou la dengue également, quelle joie !). Le moustique Aedes est reconnaissable par les rayures noires et blanches sur ses pattes. Quelques femmes auraient également été infectées par rapport sexuel. Et la transmission est également possible de la mère au fœtus et peut causer des malformations congénitales graves. Le virus du Zika est détecté par des prélèvements sanguin et d’urine, où l’on recherche le génome du virus par RT-PCR.

Les symptômes après piqûre apparaissent 3 à 12 jours après. La personne infectée doit éviter de se refaire piquer par un autre moustique afin d’éviter de transmettre le virus à d’autres moustiques. Dans la majorité des cas ( 70-80%) cette la maladie est bégnine et asymptomatique. Pour les malchanceux, les symptômes sont de type grippe (fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, fièvre). Le virus peut également provoquer des éruptions cutanées, de la conjonctivite non purulente ou des troubles digestifs.

Les complications existent :

  • le syndrome de Guillain-Barré. C’est une maladie rare où le système immunitaire attaque les nerfs périphériques, d’où l’apparition d’une paralysie progressive qui peut toucher les muscles respiratoires (3-5% décèdent de complications respiratoires ou cardiaques). L’étude de Cao-Lormeau portait sur l’épidémie du virus du Zika en Polynésie Française de 2013-2014 qui s’est accompagnée d’une augmentation du nombre de cas de ce syndrome. Coa-Lormeau a conclu que le virus Zika peut provoquer ce syndrome de paralysie. Le risque du syndrome Guilain-Barré est de 0,24 pour 1000 infections au virus Zika.
  • un cas de myélite aigüe
  • la microcéphalie. Les femmes enceintes peuvent transmettre le virus au fœtus, ce qui peut engendrer des anomalies de développement du cerveau. La microcéphalie est une réduction anormale de la taille de la tête du nouveau-né. C’est une affection rare. Ces enfants peuvent souffrir d’handicaps physiques et mentaux, de crises d’épilepsie, de troubles de l’apprentissage et visuels. Il n’existe pas de traitement spécifique à la microcéphalie.

Actuellement, il n’existe pas de vaccins ou de médicaments spécifiques contre le virus Zika. Le traitement consiste à diminuer la douleur avec des antalgiques.

Les conseils de prévention

Il faut se protéger des piqûres de moustiques, plutôt actifs en début de journée et en fin de journée :

  • porter des vêtements couvrants
  • utiliser des répulsifs (contenant du Diéthyltoluamide ou de l’IR 3535 ou de l’Icaridine) à appliquer sur la peau ou sur les vêtements.
  • utiliser des prises électriques anti-moustiques et des moustiquaires chez soi.
  • vider les sources d’eau stagnante où le moustique pourrait se reproduire (sceaux, soucoupes, pots…)

Voici la liste des produits recommandés http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/tableau_repulsif_recos_mars_2016.pdf par le ministère de la santé en 2016.

infographies virus Zika actualite informations preventions moyens epidemie infectieuses aedes moustique

Sources :

Open Letter to Dr. Margaret Chan, Director-General, WHO http://rioolympicslater.org/

Kraemer et al. – The global distribution of the arbovirus vectors Aedes aegypti and Ae.albopictus (2015) – eLife;4;e08347

Van-Mai Cao-Lormeau et al. – Guillain-Barré Syndrome outbreak associated with Zika virus infection in French Polynesia: a case-control study – Lancet 2016; 387; 1531-39

CDC Centers for Disease Control and Prevention http://www.cdc.gov/zika/index.html

OMS – Jeux olympiques et paralympiques de Rio 2016: recommandations concernant le virus Zika (Mai 2016) http://www.who.int/mediacentre/news/statements/2016/zika-olympics/fr/

OMS – Questions – Réponses sur le virus Zika : http://www.who.int/features/qa/zika/fr/

Institut Pasteur – Fiche info Virus Zika – http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/zika

INVS – Points sur les connaissances – Virus Zika – http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-transmission-vectorielle/Zika/Points-sur-les-connaissances

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz