Que contiennent les boissons énergisantes ? Quels effets sur les performances cognitives, sportives et la santé ?

redbull bd comic boissons énergisantesCensées vous « donner des ailes », vous rendre plus performant et redonner l’énergie perdue, maintenir l’éveil, voilà quelques promesses marketing des boissons énergisantes. Certaines rumeurs parlaient même de sperme de taureaux dans le Red Bull, leader des boissons énergisantes, avec la taurine (ce qui est bien sûr faux).

Les principaux motifs de consommation des boissons énergisantes sont une amélioration des performances sportives et intellectuelles, retrouver de l’énergie après un exercice physique important, retrouver de l’énergie supplémentaire ou améliorer son endurance (Seifert 2011).

Autorisées depuis 2008 en vente en France, le chiffre d’affaire des boissons énergisantes était passé devant celui des eaux aromatisées et boissons à base de thé en 2013 et notre pays était le 5ème marché mondial de Red Bull d’après LSA-Conso. A la fin de ce billet, je vous présenterai une comparaison de quelques boissons énergisantes.

Les « boissons énergisantes » sont une appellation commerciale (en anglais, « energy drink »). Elles ne sont pas confondre avec les « boissons énergétiques » (« sport drink ») dont la composition nutritionnelle est contrôlée et adaptée à la pratique du sport. Les boissons énergétiques sont encadrées par   la   directive   2002/46/CE   du   Parlement   européenne sur les compléments alimentaires et transposée par le décret du 20 mars 2006. D’après l’ANSES, en France, environ 32 % des consommateurs de boissons énergisantes les consomment lors d’occasions festives (bars, discothèques, concerts, etc.), 41 % en lien avec une activité sportive, 16 % en mélange avec de l’alcool.

 Les boissons énergisantes ont fait parler d’elles à travers divers composés suspectés toxiques.

Que trouve-t-on dans les boissons énergisantes ?

Les boissons énergisantes contiennent souvent de la caféine, de la taurine et des vitamines du groupe B parfois des extraits de plantes tels que l’extrait de ginseng ou de guarana.

LA CAFÉINEmolecule cafeine structure

La caféine est présente naturellement dans le café, le thé, le guarana ou le maté. Une fois ingérée, elle est intégralement absorbée dans le tube digestif. La caféine est principalement métabolisée au foie, c’est-à-dire transformée en 3 autres molécules (paraxhantine, théobromine et théophylline) qui sont rejetées dans les urines.

teneur cafeine boissons energisante cola comparaison

La caféine est une molécule qui influence l’activité neuronale des systèmes nerveux central et périphérique. Elle est connue pour augmenter le rythme cardiaque et la pression artérielle en se liant à des récepteurs de protéines G. Sur le plan cognitif, la caféine à faible dose augmenterait le contrôle exécutif, la mémoire de travail et réduit le temps de réaction (Seifert 2011).

La caféine a aussi des effets ergogéniques, c’est-à-dire qu’elle améliore les performances sportives comme l’endurance. Cette substance est d’ailleurs bannie aux JO. Le temps de demi vie de la caféine dans le plasma sanguin serait de 2.7 à 9.9 heures.

Un effet controversé sur une augmentation de l’urine excrétée.

De nombreux facteurs génétiques modulent la réponse des individus à la caféine, ce qui fait que certains sont plus enclins à avoir des effets anxiogènes ou sur les performances physiques. Ces différences portent entre autres sur :

  • l’isozyme 1A2 de P450, enzyme impliqué dans le métabolisme de la caféine
  • le récepteur A2A de l’adénosine qui jouerait sur la sensibilité aux effets de la caféine

Le règlement (UE) n°1169/2011 relatif à l’information des consommateurs impose depuis décembre 2014 de faire figurer dans l’étiquetage des boissons contenant plus de 150 mg/L de caféine (à l’exception du thé ou du café), la mention « teneur élevée en caféine, déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes »

taurine structure moleculeLA TAURINE

Et non, la taurine ne vient pas des testicules de taureaux ! La taurine est un acide aminé produite à partir de la cystéine dans le foie. Son nom provient du fait qu’on le retrouve en grande quantité dans la bile du taureau ou du bœuf. Cet acide aminé n’intervient pas dans la synthèse protéique. La taurine intervient dans la formation de sels biliaires, dans la stabilisation des membranes cellulaires ou le régulation de l’équilibre osmotique cellulaire. Deux canettes de 250 ml/j apportent des doses dix fois plus élevées que les doses alimentaires quotidiennes.

LE GLUCURONOLACTONE

Le glucuronolactone est une molécule dérivée du glucose dans le foie. La D-glucurono-γ-lactone est rapidement absorbée, métabolisée  et  excrétée  sous  forme  d’acide glucarique, de xylitol et de L-xylulose. C’est un composé produit naturellement et qui fait partie du composant structurel des tissus conjonctifs.

LES VITAMINES B

Les vitamines B sont hydrosolubles. Ces vitamines agissent comme des cofacteurs (=composé non protéique nécessaire à l’activité biologique d’une protéine) dans de nombreuses fonctions en particulier le métabolisme énergétique, des protéines, des lipides et des glucides. Par exemple, la vitamine B3 (PP – Niacine) intervient dans les réactions d’oxydoréduction. La vitamine B6 (pyridoxine) intervient dans le métabolisme oxydatif des acides aminés (constituants des protéines).

LES EXTRAITS DE PLANTES
graine guarana seeds
Guarana

Le guarana (Paullinia cupana) est un arbuste originaire d’Amazonie. Les graines de cet arbuste contiennent d’importants niveaux de caféine entre 2 et 8% mais également de théobromine et théophylline.

Le ginseng est une plante connue dans la médecine chinoise. Certains athlètes l’utilisent pour améliorer leurs performances sportives. Le ginseng pourrait augmenter la résistance au stress et la fatigue mais ces effets restent à démontrer.

L-CARNITINE

La L-carnitine est un coenzyme indispensable à la béta-oxydation, synthétisé dans le foie à partir de la lysine et de la méthionine. Les sources alimentaires (75%) sont les viandes, les poissons et les produits laitiers. Elle est largement utilisée dans le milieu sportif afin d’augmenter l’oxydation des acides gras au cours de l’exercice et limiter l’utilisation du glycogène et augmenter la résistance musculaire à la fatigue. Cependant les effets restent encore à être démontrés par des études contrôlées randomisées humaines.

LES AGENTS SUCRANTS

Les sucres : les boissons énergétiques sont denses énergétiquement. Elles contiennent souvent du sucrose ou du sirop de maïs à haute teneur en fructose (High-fructose corn syrup HFCS). Une consommation élevée de sucre pendant un exercice permettrait de repousser la fatigue et conserver du glycogène musculaire. Les effets à long terme d’une consommation excessive en sucres sont l’obésité et le diabète de type 2 (résistance à l’insuline). Certaines boissons contiennent également des édulcorants, des additifs alimentaires qui donnent un goût sucré au produit sans apporter de calories.

Des performances sportives et intellectuelles améliorées ?

Dans la revue de la littérature de McLellan et al. 2012, des études chez la souris ont montré une amélioration des performances dans la course, cependant les supplémentations administrées en taurine étaient 10 fois plus importantes que les doses utilisées pour les expérimentations humaines. Il est donc difficile d’extrapoler ces résultats à cause des différentes inter-espèces et la dose utilisée. Les études humaines ont été critiquées sur leur design et protocole. Le manque d’études et d’expérimentation de qualité empêchent de conclure à une amélioration des performances physiques et cognitives pour la taurine, mais également la caféine et le glycuronolactone. L’agence Européenne de Sécurité Alimentaire EFSA a d’ailleurs rejeté les allégations sur les compléments alimentaires en taurine par rapport aux allégations de santé suivantes : retarder l’apparition de la fatigue ou à maintenir/augmenter les performances physiques ; améliorer les capacités physiques et mentales en cas de stress ; favoriser la transformation des aliments en énergie ; soutenir le système immunitaire ; favoriser la croissance et la santé des enfants (dans le cadre d’un mélange vitaminique); avoir une action relaxante au niveau du cœur et des muscles.

Les controverses santé

Le D-glucuronolactone, molécule contenue dans les boissons énergisantes était suspecté de toxicité rénale et d’effets neuro-comportements indésirables pour la taurine. En 1999 et 2003, l’AFSSA et le Scientific Committee on Food SCF avaient conclu une impossibilité d’assurer l’innocuité de ces molécules par manque d’études. En 2009, l’agence européenne de sécurité alimentaire EFSA a conclu que « l’exposition  à  la  taurine  et  à  la  D-glucuronolactone,  aux  niveaux  actuellement  utilisés dans les BDE, ne suscitait pas d’inquiétude sur le plan de la sécurité ».

Entre 2009 et 2012, un dispositif de surveillance spécifique avait été mis en place. Si un patient arrive dans un service hospitalier et signale qu’il a consommé du Red Bull, les médecins constitueront une fiche détaillée en coopération avec les centres antipoison. Ces données ont été analysées par Santé Publique France.

titres boissons énergisantes morts arrêt cardiaque

Des troubles liés à la caféine

A faible dose, la caféine (1 à 3 mg/kg poids corporel/jour) pourrait améliorer l’endurance, le temps de réaction et l’humeur en cas de manque de sommeil. A plus forte dose (4 à 12 mg/kg poids corporel/jour), celle-ci a été associée a des symptômes indésirables : mal de tête, irritabilité, anxiété, palpitation, tachycardie… (Seifert 2011)

Sur 95 cas de troubles cardiovasculaires rapportés à l’ANSES entre 2009 et 2012, 5 cas ont été jugés très vraisemblablement liés à la consommation de boissons énergisantes, 9 cas « vraisemblablement » et 25 cas « possiblement » liés à ces boissons. 1 cas d’arrêt cardiaque d’imputabilité très vraisemblable aux boissons énergisantes a été mis en évidence : une jeune fille de 16 ans en discothèque qui avait consommé 0,86 g d’alcool/L et 2,4 mg/L de caféine dans le sang avait fait un arrêt cardiaque. Le rapport d’autopsie évoquait une dysfonction du rythme cardiaque. Il existe des prédispositions génétiques aux problèmes de rythme cardiaque qui peuvent aboutir à une mort subite.

La caféine peut entraîner des troubles du rythme cardiaque en tant qu’agonistes des récepteurs des canaux calciques en activant le relargage calcique et donc des courants de dépolarisation anormaux dans le myocarde. Des troubles du rythme cardiaque et les arrêts cardiaques liées à la consommation de boissons énergisantes pourraient être liés à une conjonction de facteurs de risque. Par ailleurs, ce type de boissons est contre-indiqué pour des exercices physiques intenses (risques cardiovasculaires) et en mélange avec l’alcool, ce qui pourrait amener à consommer plus d’alcool ou à prendre des risques non mesurés.

Les femmes enceintes sont un des groupes à risque. La Food Standard Agency avait conclu qu’une consommation excessive de caféine pendant la grosse était associée à un retard de croissance intra-utérine, bien qu’on ne puisse pas affirmer que cette relation soit causale.

Des troubles psycho-comportementaux tels que la nervosité, l’irritabilité, l’anxiété sont également suspectés être liés à la surconsommation de boissons énergisantes. Ces symptômes correspondent à des symptômes fréquentes d’intoxication à la caféine. Ces boissons seraient également susceptible d’avoir un effet diurétique (pertes hydroélectrolytique) attribuable à la caféine et pourraient donc avoir un effet déshydratant.

Un avis scientifique de l’EFSA recommande à tout adulte en bonne santé de ne pas dépasser 400 mg/jour de caféine et 200 mg/jour pour les femmes enceintes (Zucconi 2013) et 120 mg/jour pour les enfants et adolescents. Quant à la taurine, l’agence américaine de sécurité alimentaire FDA la considère comme GRAS Generally Recognized As Safe, c’est-à-dire sans danger.

Finalement, ce qui est actuellement pointé du doigt est la teneur importante en caféine de ces boissons ainsi que leur consommation excessive et concomitante avec de l’alcool ou d’autres drogues en particulier pour les enfants et les adolescents qui pourrait donner lieu à des comportements à risque. La consommation de boissons énergisantes est associée à la consommation de tabac, d’alcool et de binge drinking (Visram 2016).

La commercialisation de ces boissons ne signifie pas qu’elles ne sont pas dangereuses pour la santé, mais seulement que les effets des boissons énergisantes n’ont pas encore été démontrés. Au même titre que l’alcool, c’est à consommer avec modération si on ne veut pas s’en passer.

Au Supermarché

Voici un comparatif de quelques boissons énergisantes et une boisson énergétique de Powerade.

boissons énergétiques energisantes comparaison nutritionnelle prix

Des chewing-gums énergisants ?!

Oui, oui il existe bien des chewing-gums qui sont censés vous donner un coup de boost !

Les chewing-gums L.A. FUEL contiennent 100 mg de caféine (ce qui est énorme pour un chewing-gums !), 25 mg de taurine, du xylitol et de la vitamine E. Il est sans sucres, sans gélatine et sans gluten.

Les chewings-gums de la start-up française One Gum se place sur le même concept. 1 OneGum contient 50 mg de caféine. Une chose intéressante est que la start-up précise dans son question réponse qu’il ne faut pas dépasser 2 OneGum par jour et que ces chewing-gums sont déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants.

chewing gums energy l.a. fuel

Pour suivre les autres actualités du blog ou en apprendre plus sur les controverses alimentaires, santé et environnement, un petit like :

 

Sources :

-ANSES – Evaluation des risques liés à la consommation de boissons dites « énergisantes » – Septembre 2013
– Agency, Food Standards. « High caffeine “energy” drinks and other foods containing caffeine | Food Standards Agency ». Consulté le 26 mai 2017. https://www.food.gov.uk/science/additives/energydrinks.
– EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA). « Scientific Opinion on the Safety of Caffeine ». EFSA Journal 13, no 5 (1 mai 2015): n/a-n/a. doi:10.2903/j.efsa.2015.4102.
-EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA). « Scientific Opinion on the Substantiation of Health Claims Related to Taurine and “Immune System Protection” (ID 611), “Metabolism Processes” (ID 613), Contribution to Normal Cognitive Function (ID 1659), Maintenance of Normal Cardiac Function (ID 1661), Maintenance of Normal Muscle Function (ID 1949) and Delay in the Onset of Physical Fatigue during Exercise (ID 1958) Pursuant to Article 13(1) of Regulation (EC) No 1924/2006 ». EFSA Journal 9, no 4 (1 avril 2011): n/a-n/a. doi:10.2903/j.efsa.2011.2035.
– Higgins, John P., Troy D. Tuttle, et Christopher L. Higgins. « Energy Beverages: Content and Safety ». Mayo Clinic Proceedings 85, no 11 (novembre 2010): 1033‑41. doi:10.4065/mcp.2010.0381.
– McLellan, Tom M., et Harris R. Lieberman. « Do Energy Drinks Contain Active Components Other than Caffeine? » Nutrition Reviews 70, no 12 (décembre 2012): 730‑44. doi:10.1111/j.1753-4887.2012.00525.x.
– Seifert, Sara M., Judith L. Schaechter, Eugene R. Hershorin, et Steven E. Lipshultz. « Health Effects of Energy Drinks on Children, Adolescents, and Young Adults ». Pediatrics, 14 février 2011, peds.2009-3592. doi:10.1542/peds.2009-3592.
– Sepkowitz, Kent A. « Energy Drinks and Caffeine-Related Adverse Effects ». JAMA 309, no 3 (16 janvier 2013): 243‑44. doi:10.1001/jama.2012.173526.
– Visram, Shelina, Mandy Cheetham, Deborah M Riby, Stephen J Crossley, et Amelia A Lake. « Consumption of energy drinks by children and young people: a rapid review examining evidence of physical effects and consumer attitudes ». BMJ Open 6, no 10 (10 octobre 2016). doi:10.1136/bmjopen-2015-010380.
– Zucconi, Silvia, Chiara Volpato, Felice Adinolfi, Evita Gandini, Enrica Gentile, Alberico Loi, et Linda Fioriti. « Gathering Consumption Data on Specific Consumer Groups of Energy Drinks ». EFSA Supporting Publications 10, no 3 (1 mars 2013): n/a-n/a. doi:10.2903/sp.efsa.2013.EN-394.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.