Les fruits hybrides, les agrumes : des croisements étonnants et originaux

Le fruit hybride le plus connu doit être la clémentine. La clémentine (Citrus clementina) et la mandarine( Citrus reticula) sont des agrumes très proches physiquement bien que la clémentine ait très peu de pépins. La clémentine provient d’un croisement entre le mandarinier (C. reticula) et l’orange douce (Citrus sinensis), découvert par le Père Clément alors que la mandarine vient directement de l’espèce C. reticula. Je vais vous présenter quelques fruits hybrides plus ou moins surprenants, mais réels !

Les fruits hybrides

Voici quelques exemples d’hybrides :

Le CITRON SANGUIN : Citron caviar x Mandarine Ellendale

Ce croisement a été développé par le CSIRO, Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation. Le citron caviar (Microcitrus australasica) se trouve en Australie sous différentes couleurs : vert, jaune, orange, pourpre… Il contient de la pulpe qui ressemble à du caviar.  Pour acheter des citrons sanguins : https://csiropedia.csiro.au/limes/

hybride croisement citron sanguin limon blood caviar ellendale mandarine

La PINEBERRY ou FRAISE-ANANAS

Ce fruit provient d’un croisement entre la fraise classique de Virginie et la fraise du Chili Fragaria chiloensis. Son nom vient du rappel de la saveur sucrée de l’ananas. Ce fruit albinos était en voie d’extinction et a été « sauvé » par une entreprise néerlandaise agricole VitalBerry BV, qui a relancé sa culture et sa popularité. Cette fraise a été introduite au royaume uni le 1er avril 2011, où tous les médias pensaient que c’était un poisson d’Avril, mais cette fraise existe vraiment !

croisement pineberry fraise-ananas blanche hybride

La TAYBERRY ou MÛROISE

Ce fruit est issu d’un croisement entre une ronce (Rubus ursinus) et un framboisier (Rubus idaeus). Il est également appelé mûre de Logan, puisqu’il a été développé à Santa Cruz en 1881 par James Harvey Logan. Cet hybride est résistant aux parasites.

croisement muroise hybride fruit framboise mûr ronce tayberry loganberry

Le TANGELO (ou Honeybell)

C’est un croisement entre une mandarine et un pomélo. Son nom vient de tangy qui signifie acidulé. Ce fruit est moins acide et plus sucré qu’un pomélo, la chair du tangelo est juteuse et parfumée. Il ressemble à une cloche d’où son surnom « honeybell ».

tangelo croisement hybride citrus mandarine pomélo

L’OROBLANCO

oroblanco fruit hybrideL’oroblanco est un hybride entre pamplemoussier (Citrus grandi/maxima) et le pomélo (Citrus paradisi), découvert par Robert K.Soost et James W. Cameron. Sa peau verte est beaucoup plus épaisse que celle du pamplemousse.

Le LIMEQUAT

Le limequat est le résultat du croisement entre un citron vert (Citrus aurantifolia) et un kumquat (Kumquat fortunella/citrus japonica), obtenu par Walter Swingle en 1909. Les fruits sont petits, ovales, jaune verdâtre. La peau a un goût sucré et la pulpe est douce-amère.

croisement limequat hybrid fruit kumquat citron vert

Le CALAMONDINcalamandin

Le calamondin est un hybride entre la mandarine et le kumquat.

Le PEACOTUM

La société Zaiger’s inc. Génétics a également développé le Peacotum® (hybride entre une pêche, une prune et un abricot !) et le NectaPlum® (hybride d’une prune et d’une nectarine).

Peacotum Bella Gold interspecific apricot nectaplum

Comment obtient-on ces fruits hybrides ?

schema fleur mâle femme organe sexuel pistil etamines pollen fecondationL’hybridation consiste à croiser deux parents en transférant du pollen. Cette technique n’a rien avoir avec la manipulation de gènes ou les OGM. Petit rappel de botanique avant de rentrer dans les détails de la reproduction des plantes : la fécondation (formation d’une graine) se fait par le dépôt de pollen des étamines (organe sexuel mâle) sur le pistil (organe sexuel femelle) qui contient les ovaires à sa base. La graine contenue dans le fruit est la structure qui protège l’embryon végétal.

  • hybridation interspécifique : croisement entre deux espèces différentes. C’est le mode de création de diversité le plus ancien et naturel. Par exemple, le triticale provient du croisement entre le blé et le seigle. Il combine la robustesse du seigle et le rendement du blé.
  • hybridation intraspécifique : croisement au sein d’une même espèce entre deux variétés d’une plante. Le pollen d’un des parents (gamètes mâles) féconde l’autre parent, qui a été castré pour empêcher son autofécondation. En effet, de nombreuses fleurs peuvent se féconder elles-mêmes puisqu’elles ont à la fois l’organe mâle (les étamines avec le pollen) et l’organe sexuel femelle (pistil). La castration peut se faire manuellement ou à l’aide d’un agent chimique d’hybridation (ACH). Par exemple, il permet de supprimer l’émission de pollen ou le rend inopérant donnant donc une stérilité-mâle aux plantes. Une technique plus complexe est l’utilisation de la stérilité mâle cytoplasmique (CMS). Certaines plantes ont naturellement le caractère CMS et ne produisent pas de pollens. Ce caractère est porté par l’information génétique contenue dans les mitochondries, des petits organites du cytoplasme de la cellule. Ce caractère stérile peut être transmis par biotechnologie : fusion de protoplastes.

technique hybridation pollen plante fleur 2

technique hybridation pollen plante fleur
Sachet à hybridation

 Ces hybrides peuvent être stériles ou fertiles selon le nombre et le type de chromosomes des parents. Généralement, on pense assez facilement au mulet, un hybride stérile entre un âne et une jument. La fertilité totale et la stérilité totale n’existent pas chez les hybrides. Chez les végétaux, les hybrides peuvent se reproduire asexuellement par bouturage, marcottage ou greffage (multiplication végétative). Ce mode de reproduction asexuée permet la croissance de la population et aboutit à des individus génétiquement identiques.

Les croisements de plantes cultivées permettent de sélectionner des caractères d’intérêt (résistance, plus productif…). Quand on croise deux lignées pures, on obtient un descendant F1, qui hérite des caractères de ses 2 parents, on parle de vigueur hybride ou effet d’hétérosis.
Pour suivre les autres actualités du blog ou en apprendre plus sur les controverses alimentaires, santé et environnement, un petit like :

Sources :

G. Albert WU et al. – Sequencing of diverse mandarin, pummelo and orange genomes reveals complex history of admixture during citrus domestication -Nature Biotechnology 32, 656–662 doi:10.1038/nbt.2906

Dominique Planchenault – Rapport sur Les biotechnologies et les nouvelles variétés végétales – Conseil général de l’alimentation,
de l’agriculture et des espaces ruraux (février 2012)

Fiche réalisée par le Centre Municipal de Pomologie © 30100 Ales. http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/documents/pdf/fche_mandarine.pdf

La Recherche – Les hybrides sont toujours stériles – http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/hybrides-sont-toujours-steriles-01-10-2007-72673

Pineberry : http://berriesathome.nl/nl/ananas-aardbeienplant    http://strawberryplants.org/2010/09/pineberry-pineberries/

Tangelo : http://www.metro.ca/conseils-astuces/conseils-epicier/jardinier/panier-fruits/agrumes/tangelo.fr.html   https://hort.purdue.edu/newcrop/morton/tangelo.html

Calamandin : https://hort.purdue.edu/newcrop/morton/calamondin.html

Oroblanco : A new grapefruit hybrid http://ucce.ucdavis.edu/files/repositoryfiles/ca3411p16-62827.pdf

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.