Changement climatique : la COP22 et ses enjeux

Phénomène climatique extrêmes changement climatique

Les exemples de conséquences du réchauffement climatique deviennent de plus en plus nombreux. La COP21 qui s’était tenue à Paris en décembre 2015 avait fixé comme objectif une hausse maximale de 2°C.

La COP22 en bref

La COP22 s’est déroulée à Marrakech du 7 au 18 Novembre 2016, surnommée la « COP de l’Afrique ».  L’Afrique sera le continent le plus touché par les changements climatiques et c’est ironiquement celui qui émet le moins de gaz à effet de serre (GES). Cette conférence a rassemblé des délégations des 196 États, la société civile, les entreprises, les ONG, les scientifiques, les collectivités territoriales, les populations autochtones, les syndicats et les médias du monde entier. L’Accord de Paris adopté à la COP21 et ratifié récemment par plus de 55 États qui représentent plus de 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, est entré en vigueur vendredi 4 Novembre 2016.

Les négociations de la COP22 ont porté sur plusieurs points :

  • préciser les règles communes de la mise en place de l’Accord de Paris
  • faire le point sur les engagements volontaires pris par les pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre
  • le financement des 100 milliards de dollars annuels promis en 2020 aux pays en voie de développement
  • la coopération et solidarité internationale pour lutter contre le réchauffement climatique
  • l’agriculture : pas de consensus entre les pays du Nord et du Sud
  • les projets d’énergies vertes et de pratiques durables  : alliance solaire internationale (comprend les pays situés entre les 2 tropiques qui veulent développer la production d’électricité solaire), la coalition pour le prix du carbone, le Triple A : Adaptation de l’Agriculture Africaine
  • les incertitudes liées à l’élection américaine de Donald Trump qui souhaite sortir de l’Accord de Paris

 

COP22 Changement climatique marrakech

Les prédictions climatiques :

Selon le rapport du GIEC sur les scénarios d’émissions de GES, les émissions mondiales augmenteront de 25 à 90% entre 2000 et 2030. Cela accélèrera le réchauffement climatique et les changements environnementaux (contraction de la couverture neigeuse, dégel, hausse de la fréquence des canicules et vagues de chaleur extrêmes, modification de la configuration des vents…). Plusieurs scénarios possibles :

  • Le scénario A1F1, le monde continue principalement de fonctionner avec des combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel et charbon).
  • Le scénario A1T, le monde fonctionne avec des combustibles non fossiles.
  • Le scénario A1B est un mélange des scénarios A1F1 et A1T.
  • Le scénario A2 décrit un monde inégalitaire. Il n’y a pas de redistribution des ressources naturelles disponibles, des connaissances technologiques et du bien-être entre les régions riches et pauvres.
  • Le scénario B1 suit le scénario A1, mais le monde se tourne plus rapidement vers une économie axée sur les services avec une introduction rapide de technologies propres et durables.
  • Le scénario B2 parle d’un monde axé sur la préservation de l’environnement et de l’égalité sociale, mais qui part de solutions régionales en matière de durabilité économique, sociale et écologique.

Les experts estiment une hausse de 1,8 à 4°C dans le pire scénario  pour 2100 par rapport à 2000 avec une élévation du niveau moyen de la mer entre 0,18 et 0,59m. L’acidité des océans ou les pertes de biodiversités seront des problèmes irréversibles.

Scenario GIEC temperature changement climatique emission Gaz effet serre GES

Plus spécifiquement à l’Europe, le paysage montagnard sera modifié avec le recul des glaciers et la diminution de la couverture neigeuse. Dans le Sud de l’Europe, les épisodes de sécheresse seront aggravés. Les vagues de chaleur accompagnées de risques sanitaires seront plus fréquentes. Les risques d’inondations seront également accrus. A cela s’ajoute la disparition de nombreuses espèces qui ne sauront pas s’adapter à ces changements de conditions du milieu.

La responsabilité partagée mais différenciée

Le changement climatique est également lié aux disparités économiques : il est historiquement induit par les pays développés (la Chine et les USA sont les plus gros émetteurs de GES) et sera surtout subi par les pays pauvres. Les pays en voie de développement s’appuient beaucoup sur des énergies non durables et ne veulent pas entraver leur développement économique. A l’échelle de l’individu, chaque citoyen peut réduire son empreinte carbone, mais cela ne suffira pas. Il faut revoir les politiques en matière d’agriculture, énergie, transports, industries pour viser un développement plus durable.

Pour atteindre l’objectif des +2°C, il faudrait que les émissions de GES diminuent de 40 à 70% d’ici 2050 par rapport à 2010…

Emission CO2 Carbon dioxid monde carte GES pollution

Sources :

IPCC Fourth Assessment Report: Climate Change 2007 Geneva, Switzerland. pp 104 – Contribution du Groupe de travail I, II, III au quatrième Rapport d’évaluation du GIEC https://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/syr/fr/contents.html

Site officiel de la COP22 – http://cop22.ma/fr/#actualites

Déclaration de Rio : http://www.un.org/french/events/rio92/rio-fp.htm

World Meteorological Organization – The Global Climate in 2011-2015 http://ane4bf-datap1.s3-eu-west-1.amazonaws.com/wmocms/s3fs-public/1179_EN.pdf?WevaJ8QIS5ntCjcWd7OYyZfhIDKuews9

Banque Mondiale – Selon la Banque mondiale, les catastrophes naturelles provoquent chaque année 520 milliards de dollars de pertes et plongent 26 millions d’individus dans la pauvreté http://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2016/11/14/natural-disasters-force-26-million-people-into-poverty-and-cost-520bn-in-losses-every-year-new-world-bank-analysis-finds

Shock Waves- Managing the Impacts of  Climate Change on Poverty https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/22787/9781464806735.pdf

 

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz